Contrôle de la presse, le Maire s’engouffre dangereusement!

  • Liberté de la presse
  • Droit à l’information
  • Bonne utilisation des fonds publics
  • Respect de l’opinion
  • Ethique républicaine
  • Intérêt de la population…

Tout ceci vient de voler en éclats à Lagny-sur-Marne !

Cette atteinte grave se résume en la signature d’une convention de partenariat entre Monsieur le Maire de Lagny-sur-Marne et l’éditrice du journal La Marne!

Nous avons même du mal à croire qu’un journaliste puisse accepter de signer une telle convention…

Cette convention datant du mois d’avril 2018, la voici: en exclusivité, pour vous chez vous…

Screenshot_2018-07-02-15-38-02.pngScreenshot_2018-07-02-15-37-59.pngScreenshot_2018-07-02-15-37-46.pngScreenshot_2018-07-02-15-37-42.png

 

Vous disposez maintenant de la convention complète que nous avons obtenue après demande auprès du cabinet du Maire.

Et vous pouvez lire dans cette convention en particulier l’article 6 qui représente à lui seul un pas extrêmement dangereux allant à l’encontre de nos valeurs républicaines. En effet, l’article 6 correspondant aux engagements du journal dit ceci: « …sur un calendrier fixé de manière unilatérale, le journal s’engage à publier sur la rubrique de Lagny-sur-Marne, une page réalisée en commun entre les services de sa rédaction et les services com. de la Mairie... »

Il s’agit donc de la part du Maire Jean-Paul Michel de prise de contrôle économique, mais surtout d’une prise de contrôle directe d’écriture !

Le groupe Objectif Lagny est attaché aux valeurs fondamentales de notre république, c’est pourquoi nous venons de saisir le cabinet de Monsieur le sous-préfet par ce courrier:

Monsieur le Sous-Préfet, bonjour,
nous soumettons à votre compétence la convention signée (en pièce jointe) entre le Maire de Lagny-sur-Marne et le journal La Marne via son éditrice Madame De Chivre au mois d’avril 2018.
Nous venons d’obtenir cette convention suite à notre demande en Mairie.
Cette convention revêt à notre sens plusieurs risques et au-delà de çà une approche non républicaine de la liberté de la presse ainsi que de l’utilisation de fonds publics associée.
Alors que la municipalité dispose déjà d’un magazine municipal mensuel d’une trentaine de pages (Lagny-sur-Marne Magazine), la ville utilise la somme de 9000€ TTC provenant de fonds publics pour non seulement offrir des abonnements à un journal local (La Marne) à 250 nouveaux habitants, créant ainsi une dépendance financière directe entre Monsieur le Maire et le journal. Ce faisant la liberté économique (condition essentielle de la liberté de la presse) de ce journal ne peut plus être assurée.
D’autre part, à l’article 6 de cette convention vous pourrez observer que cette dépendance majeure va plus loin, puisque le journal s’engage à partager la rédaction d’une page de la rubrique concernant Lagny avec les services de communication de la ville.
L’utilisation des fonds publics doit avoir un autre intérêt pour la population que des fins électoralistes.
Souhaitant préserver certaines valeurs fondamentales de notre république telle que:
  • Le droit à l’information du citoyen,
  • la liberté de la presse,
  • une bonne utilisation des fonds publics,
  • l’intérêt de l’ensemble de la population.
Nous dénonçons donc cette convention qui présente de nombreux risques dont la multiplication de ce genre de pratiques ici et ailleurs.
Nous soumettons ce marché/convention reconductible tacitement à votre contrôle et protection en tant qu’organe de tutelle.
Merci de bien vouloir nous indiquer le résultat de votre analyse.
Vous trouverez également en pièces jointes, les documents issus du dernier conseil municipal du 12 juin lors duquel nous avons appris l’existence de ce marché parmi les communications du Maire (point 3 de l’ODJ).
Bien cordialement

 

Ainsi la sous-préfecture aura au moins l’information de ces méthodes et notre opinion sur celles-ci.  D’autre part, nous avons engagé une analyse juridique qui pourrait faire jurisprudence concernant cette convention. On ne manquera pas de vous tenir au courant.

D’ores et déjà, les fins électoralistes de Jean-Paul Michel passent par tout type de méthode, celle-ci représentant la partie émergée de l’iceberg. Pour le bien de l’ensemble de la population et non l’intérêt de quelques individus, nous devons sortir de cette méthode politique dont les principes abusifs sont de plus en plus visibles.

Plutôt pratique ce tout nouveau partenariat de 2ans:

  • 18000€ au total signé avec la presse locale en fin de mandat juste avant de rentrer en période d’élection municipale,
  • avec contrat couvrant pleinement la période et se terminant juste après les élections de 2020,

n’est-ce pas?

#Convention #Libertédelapresse #LaMarne

www.objectiflagny.fr

 

Campagne électorale ou farce politique

A tout niveau, de la campagne municipale à la campagne présidentielle, il me semble qu’il y a un sérieux problème de base de jugement.

En effet, quelle que soit l’échelle, le système politique se focalise et veut donner beaucoup plus d’importance à des paroles, des promesses, des programmes mis sur la place publique pendant une courte période pour juger de la valeur d’un candidat au lieu de focaliser la base de ce jugement sur les actes de chacun de ces mêmes candidats sur une période beaucoup plus longue parcourant le passé de leur engagement.

DalaiLama

Alors je vais le dire clairement: un programme n’a que très peu de valeur à mes yeux si celui-ci n’a rien d’engageant. Or, à l’heure actuelle, qu’un Maire, Député, Président de département,…, Président de la république, réalise ou non son programme, il n’y a aucune espèce de forme de contrôle efficace permettant à la population d’agir en contre-pouvoir pour rétablir l’exigence de l’engagement.

Pour voter aux élections présidentielles cette année, je n’ai par exemple pas réellement besoin de lire les programmes de chacun des candidats. En revanche, analyser les actions passées des candidats dans leurs différents domaines d’exercice est une véritable source de connaissance fiable puisqu’il s’agit de faits.

J’en arrive à ma vision de la politique locale à Lagny: que je sois dans la majorité ou dans l’opposition, mon principal souci et ce que je dois à la population en tant qu’élu, c’est de proposer et de faire autant que possible compte tenu des moyens dont je dispose, pour le bénéfice de la collectivité. J’entends et j’ai entendu très souvent pendant la dernière campagne municipale de la part des habitants à l’attention des militants&candidats et j’en suis sûr à raison: « Vous n’êtes pas crédibles, vous qui vous intéressez à la population uniquement pour les élections, on ne vous voit jamais en dehors de ces périodes ». 

Et bien je veux que ceci change, je souhaite faire le maximum et attacher le plus d’importance à tout ce que je peux faire entre les élections, afin que la future campagne électorale devienne secondaire aux actions et propositions faites pendant tout le mandat.

Contrôlecontinu

Que la phase des élections ne soit qu’une « extension » naturelle de l’action menée auparavant. Et j’accepte même ce principe là tout en étant dans l’opposition municipale qui, on le sait tous, ne dispose pas du tout d’autant de « leviers » qu’une majorité municipale. Majorité bénéficiant par exemple elle-même du levier fiscal à volonté pour réaliser tout ce qu’elle souhaite. Levier fiscal qui d’ailleurs fonctionne comme un double levier puisque si on l’utilise, il permet de faire croire au leurre de la bonne gestion financière en renflouant les caisses et diminuant la dette tout en donnant les moyens de réaliser d’autres engagements pris. Magique, non? (Je reviendrais sur une présentation de la stratégie financière appliquée à Lagny dans un prochain article).

Alors n’hésitez-pas, comparez jusqu’en 2020 les actions et propositions d’actions en fonction de l’ensemble des moyens (humains, financiers, matériels,…). Ce jugement là vaut tous les programmes du monde. C’est ainsi que je le conçois.

Il serait nettement plus confortable, en étant dans la minorité municipale, d’attendre patiemment que le mandat passe, d’être dans le status quo, à coup de communications ponctuelles pour rappeler que l’on existe. De se préparer lentement à une prochaine campagne électorale municipale pour faire tomber la majorité en place.

Stayput

Ce n’est pas mon point de vue; la crédibilité se gagne par des idées et des actions qui en découlent utiles d’ores et déjà à la population.

Ne pas chercher l’alternance, mais l’alternative politique.

Alternative

La farce de la campagne des présidentielles 2017 par exemple doit nous rappeler qu’il faut prendre le recul nécessaire pour juger les personnes sur leurs actes et non leurs paroles ou promesses.

#Engagement #Promesses #Actions #AlternativePolitique

www.michaellopez77.com