Quand on n’a pas d’idée…en 4×4

1) Quand on n’a pas d’idée:

  • On reprend les idées/projets des autres et on fait comme si c’était les nôtres.
  • On ne crée rien, mais alors rien du tout, pour la population ou la ville pendant tout un mandat d’élu (minoritaire ou majoritaire).
  • On ne peut rien proposer de crédible à la Mairie face à une politique en place.
  • On fait passer une gestion courante et cyclique d’une collectivité pour quelque chose de fort et d’innovant.

2) Quand on n’a pas d’idée:

  • On fait travailler et réfléchir les autres avant de travailler soi-même.
  • On utilise des prestataires privés en toute occasion.
  • On n’obtient pas le leadership de manière légitime, on l’impose par tous les moyens, y compris la division.
  • On table tout sur la communication. (Et le service communication est plutôt très doué)

3) Quand on n’a pas d’idée:

  • Charme provincial, charme provincial, charme provincial…
  • On influence par le rapport de force et/ou par sournoiserie, pas par le débat.
  • On utilise la négociation politicienne avec d’autres partis.
  • On utilise le mot « polémique » à tort (#polémicator ;-)) et à tour de bras.

4) Quand on n’a pas d’idée:

  • On fonctionne un peu comme du commerce pyramidal qui ne repose sur rien.
  • On agresse plus qu’on ne débat. Comment débattre sans idée?
  • On fait toujours référence au passé pour se donner de la consistance.
  • On fait parler son directeur de cabinet sans cesse à sa place dans les médias.

 

Bien entendu aucun des points précédents ne fait référence à un groupe majoritaire ou minoritaire en présence au conseil municipal de Lagny, aucun…

#Idées #Politiquelocale #Lagnysurmarne

www.objectiflagny.fr

 

Mieux consommer la politique

Un de mes axes d’action pour notre commune de Lagny est de tenter de faire évoluer sur le long terme un certain mode de consommation qui à mon sens nous éloigne des vraies valeurs, et d’en démontrer les bienfaits.

Mais aujourd’hui, nous nous retrouvons confrontés à un autre type de consommation qu’il s’agit ensemble de faire évoluer, notre consommation de la politique.
De la même manière qu’en consommant différemment et massivement notre nourriture par exemple, le marché serait amené à évoluer de lui-même par nécessité, la politique n’est pas forcément de la « Junk food ».
Consommer la politique différemment, comme mieux consommer au sens plus large, nécessite un engagement.
Ne pas agir, c’est ne pouvoir se contenter que de ce que l’on nous sert, l’accès facile et immédiat à quelque chose de superficiel qui ne satisfait seulement que le court terme et certainement pas notre santé ni notre santé politique à tous.

À consommer ainsi, la politique en devient indigeste!

Il suffit de tenter de rassembler par exemple par notre initiative de réunion publique le 3 mai comme nous tentons de le faire actuellement pour en faire le constat. La politique nationale n’est pas la source du problème, le problème prend sa source dans nos comportements, les uns envers les autres, à petite échelle. Nous avons besoin les uns des autres et seul un effort collectif est la clef.
Objectif Lagny décide de tenter, en écrivant une nouvelle page de son histoire, l’engagement de groupe et le rassemblement pour que la politique locale, la proximité, le lien, soient portés par des vraies valeurs et convictions.
Alors consommons différemment la politique qui nous touche, qu’on le veuille ou non, et commençons par un engagement même infime pour notre politique locale.
Nous sommes beaucoup à avoir des engagements professionnels et familiaux qui nous prennent du temps. Mais sans un peu de temps dédié à notre bien commun, alors la politique, même locale, restera un mot qui fait fuir tant d’entre vous alors même qu’il décide de tant de choses dans notre environnement immédiat.
Je vous invite à regarder cette petite vidéo d’une intervention d’un Maire qui m’a inspiré depuis très tôt dans mon engagement, Jo Spiegel:

 

 Michael LOPEZ, conseiller municipal pour le groupe Objectif Lagny
#Consommer #Politique

Le système est grippé

J’ai beau avoir beaucoup d’énergie et d’idées à revendre, il y a un constat que je peux faire aujourd’hui en étant immergé dans notre système politique au moins local, c’est que ce système est grippé!

Pourquoi? Et bien je vais vous donner le tout dernier exemple que je trouve extrêmement révélateur de cette situation d’immobilisme.

Comme vous le savez sûrement, il y a quelque temps, j’ai remis en cause la forme d’une délibération en Conseil municipal d’un point concernant le DOB (Débat d’Orientation Budgétaire), dans cet article ici. J’ai d’ailleurs soulevé ce problème à 2 reprises avec toujours la même réponse négative de Monsieur le Maire de Lagny.

Mais, et vous commencez à me connaître, les réponses du type : »Taisez-vous et laissez nous tranquilles! », sans véritable argument, ne me suffisent pas. C’est ce qui s’était passé à l’époque en 2015 pour la renégociation des emprunts de la ville, et ça avait fini par payer malgré les refus catégoriques des débuts.

Donc cette délibération sur le DOB que j’ai dénoncée, je l’ai soumise au Préfet de Seine-et-Marne lui-même. Il a fallu que j’attende un peu avant de recevoir un courrier de réponse, via la Sous-Préfecture.

C’est en lisant cette réponse et en particulier l’extrait de ce que la Mairie avait envoyé en Sous-Préfecture pour se justifier de la soi-disant conformité de cette délibération que j’ai eu un choc! En effet, alors que la délibération prise en conseil était de cette forme:

« Le Conseil Municipal est invité à se prononcer sur ce rapport d’orientations budgétaires à la suite d’un débat. »

« M. le Maire invite donc le Conseil Municipal à se prononcer sur ce rapport d’orientations budgétaires à la suite d’un débat »

Ainsi que « Le Conseil municipal…après en avoir délibéré, APPROUVE le Rapport d’Orientations Budgétaires pour l’année 2017… » ;

le courrier qui m’a été envoyé par le Préfet est celui-ci:

2017-05-22 09.30.222017-05-22 09.31.08

Comme vous pouvez le voir sur la 1ère image (entre crochets rouges), la délibération que Monsieur le Maire a envoyée en réponse est:

Cette délibération… approuve le débat sur la base d’un rapport d’orientations budgétaires pour l’année 2017.

Je vous ré-indique la délibération votée en conseil:

« M. le Maire invite donc le Conseil Municipal à se prononcer sur ce rapport d’orientations budgétaires à la suite d’un débat »

Ainsi que « Le Conseil municipal…après en avoir délibéré, APPROUVE le Rapport d’Orientations Budgétaires pour l’année 2017… »

Vous constaterez comme moi que la délibération qui a été envoyée par la Mairie par voie dématérialisée est bel et bien différente de celle votée en Conseil municipal. Et, comme c’est bizarre!…, la délibération figurant dans ce courrier est bien conforme à ce que je m’échine à leur faire comprendre depuis plusieurs mois en Mairie pour qu’ils changent la forme de la délibération.

Procédant ainsi, la Mairie ne reconnaît pas publiquement avoir été dans son tort en modifiant la délibération et du côté de nos institutions, la Sous-Préfecture, ne constatant aucun problème compte tenu du courriel reçu, renvoie le petit élu d’opposition que je suis dans « ses 22 ». Pratique, non!!??

Il y a cependant un problème avec cette méthode politique, tous les conseillers municipaux ont voté une délibération en Conseil, c’est acté. La délibération envoyée en Sous-Préfecture étant différente, vous voyez comme moi le problème…

Toujours est-il qu’il en faut plus pour m’arrêter. Du coup, j’ai pris contact avec la Préfecture directement ce coup-ci à ce sujet pour demander un RDV avec le directeur de cabinet du Préfet ou le Préfet lui-même. C’était il y a plus d’un mois. J’attends toujours une réponse…et une date de RDV.

Voilà comment ce système tourne!!

Et ceci sans compter que ma simple demande d’avis au Tribunal Administratif pour l’autre sujet des places de parking payant du bord de Marne n’a toujours reçu aucune réponse.

Quand un élu comme moi souhaite ne pas saturer les tribunaux et sollicite Sous-Préfecture ou Préfecture, on le pousse gentiment (sans le dire) à saisir le Tribunal Administratif. Et oui! Et quand on le saisit, on fait face à un Maire comme le nôtre qui se retourne contre toi en réclamant 1500€ pour rembourser les frais d’avocats!

Alors, elle est pas belle la vie?? !!

#Délibération #Système #Politique

www.michaellopez77.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un bénévole comme un autre

Au gré de mes discussions avec mes ami(e)s proches, connaissances, de la société civile ou élus de la politique locale, commerçants, associatifs, habitants, je me rends compte petit à petit du gouffre qui sépare ma volonté dans cette ville des attentes convenues en politique.

Et toute la complexité de la situation est que mes intentions sont très simples, mais si j’écoute nombre d’opinions externes ou même internes et qui trouvent leurs justifications dans les pratiques habituelles, ces intentions seraient censées être bien plus complexes. D’où l’intérêt de cet article pour clarifier les choses une bonne fois pour toute. Ceci même si je subodore que je serai obligé de réaffirmer cet état d’esprit à de très nombreuses reprises par la suite…

Comme je l’ai déjà expliqué dans mon article sur « L’Engagement » ici :

Une conviction, une affinité, quelque chose d’assez inexplicable nous pousse dans un domaine qui nous parle; issu d’un mélange complexe d’éducation, de personnalité et de compétences. Alors, que ce soit l’écologie, l’humanitaire, le social, la politique, ou toute autre action qui est faite de la volonté de changer les choses ou le cours des choses, l’engagement peut se faire d’innombrables manières.

Je me place au même niveau que tout bénévole agissant sur la commune, ni plus ni moins!

Mon association à moi, c’est la ville, et ses habitants en sont tous membres actifs. Tout autour de nous, il faut bien dire que les politiciens font la démonstration (surtout en ce moment) de décisions souvent basées sur l’égo, le pouvoir, l’individualisme…

Comme je le disais dans cet autre article ici :

Je n’ai rien à perdre, aucune influence à subir ni aucune envie d’influencer qui que ce soit. Ma vie est déjà bien construite, et je ne compte pas en changer. Je m’oppose quand je ne suis pas d’accord, ni plus ni moins, et j’agis pour ma ville autant que je peux le faire et ce, même en étant dans l’opposition. Ce défi là est impressionnant!

Me prêter des intentions qui ne sont pas les miennes du genre « jeune loup aux dents longues » ou encore « fausses bonnes intentions » sont donc les réponses les plus évidentes et systématiques qui me seront faites par mes détracteurs. Ce panier de crabes me fait halluciner de plus en plus chaque jour. Comme par exemple lorsque le cabinet du Maire appelle les associatifs pour leur mettre la pression lorsque ceux-ci osent s’exprimer (si si c’est possible). Dans ce cadre, il y a forcément certaines choses qui paraissent inenvisageables de premier abord comme par exemple:

  • Le sans étiquette: « ça n’existe pas! ». Mais pourquoi donc? Je le répète, il n’est pas besoin d’être à droite ou à gauche pour faire preuve de pragmatisme lorsque l’on veut faire au mieux en ayant simplement comme conviction profonde la bienveillance. « Etre ouvrier du mieux-vivre ensemble » comme l’exprime très bien dans son livre (que je vous conseille) « Et si on prenait enfin les électeurs au sérieux » du Maire de Kingersheim, Monsieur Jo Spiegel.
  • L’action désintéressée en politique: « ça n’existe pas! » Là encore, quelle est la motivation d’un bénévole associatif lorsqu’il donne de son temps pour les autres? Le pouvoir? L’argent? La gloire? Si vous me parlez néanmoins de se sentir utile, faire des rencontres, plus généralement pour ce qui est de l’épanouissement personnel alors d’accord ;-).
  • Tenir bon face aux influences: « Impossible! » Des débats, il doit y en avoir, bien sûr; mais si on est élu pour des convictions alors on fait face, car c’est la seule raison qui devrait faire qu’on est élu.

Malgré le rôle d’opposant qui empêche pour l’instant de faire nombre de choses que j’aurais aimé faire dans notre commune de Lagny, je continuerai de tenter d’imaginer tous les moyens possibles pour, malgré tout, apporter à Lagny, ses habitants, ses commerces, etc. Tout ceci car je ne peux pas me contenter d’observer, ni même de donner mon avis, sans rien faire. Ce serait au-delà de mes forces.

C’est ce qui me tient: imaginer, trouver des idées, solutions, et les développer. C’est ma petite plus-value à moi que je veux tenter d’apporter. Et pour ceci, je n’ai pas toutes les infos et certainement pas tous les moyens, mais je fais mon maximum. Parfois je casserai certains « codes », mais comme je l’ai dit, je suis un bénévole comme un autre. Et un(e) bénévole trouve son énergie dans ses convictions profondes, il ou elle ne triche pas en essayant de plaire artificiellement.

Je n’aime pas trop les sondages en politique, mais celui-ci m’inspire:

IPSOSAssos

#Engagement #Bénévole #Politique

www.michaellopez77.com

 

 

 

 

 

Conviction VS Rejet: quand l’écœurement frappe à la porte

J’avais dit que ce blog me permettrait de vous livrer mon ressenti, étant immergé dans cette politique locale, je vais faire un point d’étape ici.

A l’heure actuelle, je suis très partagé entre conviction et rejet.

  • Conviction et envie qui m’animent de donner à cette ville et ses habitants toute la bienveillance qu’ils méritent
  • Rejet des méthodes, des comportements, du manque d’honnêteté intellectuelle dans la politique actuelle.

Vous voulez connaître la dernière décision qui m’inspire le « grand foutage de gueule » (pardon) de la majorité envers la population et qui se répète en plus…, un vrai SYMBOLE!?

Pour la 2ème année consécutive, après avoir augmenté les impôts de 25% en 2015, la majorité annonce fièrement la décision de baisser les impôts, elle peut ainsi largement communiquer. Et si on veut baisser les impôts au minimum afin de pouvoir ainsi communiquer, on les baisse de combien à votre avis ?

Oui 1% de baisse !, ceci soi disant pour compenser la hausse des bases fiscales!!!!

Et hop, les stars en communication vont ainsi pouvoir obtenir un bel article dans les journaux locaux avec une baisse des impôts annoncée. Concrètement, vous n’y verrez que du feu sur vos feuilles d’imposition. Elle est pas belle la vie??? HaHaHa, qu’est-ce qu’on rigole!

Vous en voulez une autre? Faire croire que l’on plie face à une pétition pour enlever les places de stationnement payant le long du quai de la Gourdine afin que la population récupère ce lieu tant aimé afin de s’y balader librement pour y mettre dans la foulée le bel algéco du Crédit Agricole Immobilier dont je vous avais parlé ICI.

Qu’est-ce que vous ne comprenez pas Monsieur le Maire dans la phrase: « les habitants ne veulent rien sur ce quai qui soit voué à durer des mois ! » ?

Une autre méthode qui consiste en 3 leviers: transformer les propos de l’opposition, citer des élus d’opposition qui ne se sont même pas exprimés, prendre des extraits d’articles de l’opposition qui n’ont rien à voir et communiquer ainsi sur d’autres sujets

Et enfin une dernière plus récente: faire croire que toute rébellion au sein de la population, d’associations, de commerçants, proviendrait d’actions « en sous -marin » du groupe d’opposition.

J’en veux pour preuve les actions récentes d’un commerçant au sujet de l’ouverture ou plutôt la non-ouverture du Marché le dimanche 1er janvier. En l’occurrence, nous avons de très bonnes relations avec plusieurs commerçants et nous savions que les démarches de ce commerçant, plutôt isolé, auprès de la presse notamment n’étaient en rien représentatives de l’opinion de la majorité des commerçants et qu’il n’était donc certainement pas à notre groupe minoritaire de soutenir ses démarches ni même de les commenter.

Nous ne sommes donc pas entrés dans ce débat. Et bien hop, comme si de rien n’était, lors de la dernière commission marché, la majorité a insinué que l’opposition aurait été derrière ce commerçant pour l’inciter. Comme c’est bien sympathique!!

Alors j’ai beau avoir beaucoup de convictions et une détermination assez costaud pour celles et ceux qui me connaissent bien, l’écœurement est tout de même à la porte et « me fait coucou » assez régulièrement. Dans ce rôle d’élu d’opposition si ingrat et dénigré, la question « Dois-je laisser tomber? » revient hanter ma détermination un nombre incalculable de fois. J’essaye de me dire que c’est normal, que ça fait partie du rôle. Mais ma détermination vient aussi du fait que je ne suis pas schizophrène, il n’y a pas en moi une personne politique et de l’autre côté un citoyen « lambda », il n’y a qu’un citoyen qui veut agir pour sa ville.

Étant donné que je me suis engagé en avril 2014 pour être élu pour un mandat, je ferai le maximum pour tenir cet engagement, mais le chemin est long et je vais tâcher de garder les 2 messages ci-dessous en tête 😉

#Conviction #Rejet #Politique

https://michalopez77.wordpress.com